L’artelier Vikart est fier d’être partenaire de Palais oubliés, exposition de Thomas Jorion, à la galerie Insula, 29 rue Mazarine, 75006 Paris, du 8 au 30 novembre 2012.

La Galerie INSULA est heureuse de présenter pour la deuxième édition du Festival Photo Saint Germain des Prés et dans le cadre du mois de la photo à Paris, le travail de Thomas JORION.

Dans la thématique du Festival 2012 « Voyages et Rêves », les oeuvres de l’artiste nous proposent une véritable plongée aux coeurs « d’Ilots intemporels », porte ouverte sur des ailleurs à composer, à imaginer et à rêver. La série de Thomas JORION présentée à la Galerie INSULA, s’intitule « Palais Oubliés » série de clichés pris en Italie dans des lieux oubliés de tous, palais et villas à l’abandon, théâtre d’un temps figé empreint d’une magnificence déchue.

Le temps se veut soudainement comme étiré, sans repères. On assiste à une distorsion du présent à travers ces lieux vides, arrêtés, hors du temps, habités par cette présence d’absence. Dans nos sociétés sous pression, de rentabilité et d’optimisation de chaque instant, Thomas JORION prend lui le temps et nous conte à travers ses clichés silencieux d’autres histoires. Il nous questionne de façon absolue sur notre rapport à la vie et au temps.

Ces lieux désertés où l’homme était mais n’est plus interrogent le spectateur comme une inéluctable mise en abyme, sommes-nous les auteurs, les acteurs de cet abandon ? Sommes-nous les témoins de notre passé ou face à ce qu’il adviendra ?
Telle une vanité des temps modernes, un memento mori, les clichés de Thomas JORION soutendent implacablement l’éphémère, la fragilité de l’existence humaine. Quand nous ne sommes plus reste la beauté des pierres.

En filigrane un romantisme contemporain, comme une pérennité des thèmes universels, on pense aux toiles de Caspar David Friedrich où l’homme est seul face à l’immense, à la solitude, à lui-même. Ces palais oubliés, d’une esthétique singulière entre délabrement et beauté éternelle, font écho au courant des peintres italiens du XVIIIème parcourant les ruines antiques : Hubert Robert ou encore Piranèse. Des lieux silencieux où l’on rentre sur la pointe des pieds, où le bruit des pas des invités résonne encore, on songe au faste fané du Guépard de Lampedusa, à ces murs décrépis, où la mélancolie est omniprésente, regard sur la fuite inexorable du temps.

Une poésie de l’absence et du silence.

Bérengère Chamboissier

Parcours

Thomas JORION est né en 1976, il vit et travaille à Paris.

Après des études de droit et un travail dans la finance, Thomas JORION se décide il y a quelques années à se consacrer pleinement à sa passion, la photographie. Autodidacte, il élabore très vite un discours singulier qui prend forme dans le champ spécifique des bâtiments en ruine ou en cours de démolition. Son geste photographique explore les rapports avec l’environnement construit en privilégiant des espaces délaissés qu’il nous incite à observer en induisant une réflexion sur la matérialité et la temporalité.

Thomas JORION réalise ses images à la chambre et négatifs couleurs. Il participe à de nombreux salons et foires et expose dans diverses galeries en France, aux Etats-Unis et au Japon.

Expositions collectives :
2012 Photo L.A, Santa Monica, Californie USA
2011 Scope Art Show Art fair, Miami, Floride USA
2011 Photo Off – Foire d’art contemporain, Paris
2011 Texas Contemporary Art Fair, Houston Texas USA
2011 Festival Circulation(s) nouvelle généation de photographes européens, Galerie Côté Seine, Paris
2010 Mois de la photo off – Paris
2010 Cutlog – Foire d’art contemporain, Bourse du commerce à Paris
2010 Révélation 4, Paris
2010 Exposition Hors les Murs à l’Avant Seine, Colombes
2009 8ème Biennale d’Issy-les-Moulineaux – Musée Français de la Carte à Jouer
2009 7ème édition du festival d’images ManifestO, Toulouse

Expositions personnelles :
2012 Galerie INSULA, Paris – « Palais Oubliés »
2011 Galerie « Place M » – Shinjuku Shinjuku-Japon
2011 Galerie Valérie Lefebvre-Lille
2010 Galerie du magasin de jouet Rencontres photographiques d’Arles